Smartphone reconditionné : un bénéfice environnemental non négligeable

Smartphone reconditionné

L’Agence de la transition écologique a dévoilé une étude mettant en avant le fait qu’un smartphone reconditionné aurait un bénéfice environnemental supérieur à un smartphone neuf. Une information intéressante, surtout lorsqu’on sait que le numérique représente 2,5 % de l’empreinte carbone de la France. On revient sur les impacts environnementaux des smartphones.

Les bénéfices du reconditionnement sur l’environnement

Selon l’Ademe, investir dans un smartphone reconditionné permettrait de réduire son impact environnemental annuel de 77 à 91 %, en comparaison à un équipement neuf. C’est sur l’empreinte carbone que l’on observe la plus grande différence, puisqu’elle chute de 87 %.

Acheter un téléphone reconditionné permet notamment d’éviter l’extraction de 82 kg de matières premières. Il faut aussi savoir que plus le smartphone de seconde main aura une longue vie, plus les économies en matière de gaz à effet de serre seront élevées. Et en prendre soin passe aussi par les protections. Elles sont nombreuses et si vous êtes, par exemple, à la recherche de la meilleure coque iPhone 13, vous pourrez la trouver facilement sur Internet.

La fabrication d’un smartphone nécessite de faire 4 fois le tour de la Terre

La fabrication d’un smartphone nécessiterait l’équivalent de quatre tours du monde. Les étapes de fabrication suivent le schéma suivant :

  • Conception : États-Unis, la plupart du temps.
  • Extraction et transformation des matières premières : Asie du Sud-Est, Afrique centrale, Amérique du Sud ou Australie.
  • Fabrication des composants principaux : Europe, Asie, États-Unis.
  • Assemblage : Asie du Sud-Est.

La distribution est ensuite effectuée par avion à travers le monde. Il faut savoir qu’aujourd’hui, 70 matériaux et une cinquantaine de métaux sont nécessaires pour réaliser un téléphone portable.

Comment réduire l’empreinte carbone de son smartphone ?

Toujours selon l’Ademe, les Français changeraient leur téléphone tous les deux ans en moyenne alors que dans 88 % des cas, l’ancien équipement fonctionne toujours. Pour réduire son empreinte carbone, la première chose à faire est de conserver son smartphone plus longtemps. L’objectif est de réduire la production et de se passer des effets de mode incitant à la consommation.

Si vous devez changer votre matériel, pensez à privilégier les téléphones plus durables. Certaines entreprises commencent à intégrer les contraintes environnementales dans leur processus de production, ainsi que le commerce équitable. Autre option déjà évoquée, le reconditionné. En prime, vous risquez de le trouver votre modèle préféré moins cher que s’il était neuf.

Réparer ses téléphones

Si votre téléphone est cassé, pourquoi ne pas le réparer plutôt que d’en acheter un neuf ? S’il a moins de deux ans, vous pouvez vous servir de la garantie légale auprès de votre vendeur. Dans le cas où il serait plus vieux, n’hésitez pas à contacter le SAV ou un réparateur indépendant.

Et si on devenait « Consommacteur » ?

À grande échelle, les citoyens peuvent désormais endosser le rôle de « consommacteur ». Si, pour le moment, rien n’est prévu d’un point de vue législatif, il pourrait s’agir d’un moyen de faire pression sur les grandes marques pour arriver à la fin de l’obsolescence programmée. L’un des moyens serait donc d’inciter les fabricants à se tourner vers l’écoconception, ce qui entraînerait l’utilisation de matériaux plus robustes, permettant de rallonger la durée de vie des smartphones.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Article précédent

FilmForth : une application de montage vidéo pour Windows

Article suivant

Comment télécharger des photos et vidéos depuis Instagram ?

À découvrir également