WEB

La Cneel : la scolarité à distance sans contrainte

Pinterest LinkedIn Tumblr

Le e-learning peut présenter bien d’écueils, surtout pour les enfants et les adolescents. Ils peuvent s’ennuyer rapidement et perdre toute envie d’apprendre. S’enchaînent alors les difficultés dans telle ou telle matière. C’est justement pour permettre aux enfants de poursuivre leur scolarité sans difficulté dans le cadre sécuritaire de leur domicile que la CNEEL propose ses classes virtuelles. Les cours de la maternelle au lycée s’en tiennent rigoureusement au programme de l’éducation nationale. Les élèves sont néanmoins plus impliqués dans la classe virtuelle et encouragés en toute situation pour leur permettre de se dépasser et réussir leur scolarité, même à distance.

La plupart des bons élèves ne sont pas nés bons élèves. Certes, la personnalité individuelle joue un grand rôle dans la volonté d’apprendre d’un enfant et dans sa disposition générale en matière de scolarisation et d’éducation, mais la plupart des enfants qui sont de bons étudiants à un moment donné ont dû le devenir. Plus important encore, tout élève qui possède les aptitudes de base et reçoit la bonne motivation peut devenir un bon étudiant si il adopte une rigueur et discipline.

Avis Cneel : Les clés de la méthodologie LAMER

La monotonie et l’isolement sont à l’origine du manque d’intérêt des enfants qui suivent l’enseignement à distance. Ils éprouvent alors plus de difficultés à apprendre, et en perdent le goût, sont facilement distraits et indisciplinés. Grâce à la pédagogie LAMER, la CNEEL incite les élèves à reprendre aisément le chemin de l’apprentissage. Cette stratégie pédagogique est une méthode active qui permet aux enfants de s’impliquer davantage dans leur scolarité. Beaucoup plus investis, ils ressentent moins l’ennui et se sentent plus utiles. La réussite renforce aussi le goût de l’apprentissage. La pédagogie LAMER permet alors aux enfants de renouer avec le succès en classe en leur présentant des défis qu’ils peuvent surmonter. Ces petites réussites confortent leur confiance en eux et les incitent à s’impliquer davantage dans leur scolarité.

La Cneel : Application des principes de la pédagogie LAMER

L’action est au cœur du succès de la pédagogie LAMER. Selon Alain Sotto, un spécialiste des stratégies d’apprentissage, l’on retient mieux les choses que l’on fait et que l’on est capable d’expliquer. C’est sur cette base que repose l’organisation des cours du CNEEL. Dans un premier temps, les enfants doivent également préparer le cours suivant. Cette préparation implique des recherches pour se familiariser le nouveau sujet présenté par l’enseignant. Cette démarche personnelle permet à l’élève d’être plus attentif au cours, mais surtout d’être plus actif. Pour mieux comprendre et trouver des réponses à des choses qu’il n’a pas comprises lors de ses recherches, il sera amené à poser des questions, et à participer. Une fois le cours dispensé, l’élève doit être en mesure de s’en remémorer les grandes lignes.

Avis Cneel : Le duo élève et enseignant, la base de la pédagogie LAMER

L’élève est le principal acteur de son succès en classe. Mais pour lui donner l’envie de se dépasser même s’il fait face à quelques difficultés, il lui faut être encouragé et soutenu, une tâche dont s’acquitte l’enseignant. Le professeur a pour rôle de transmettre son savoir à ses élèves certes, mais il lui appartient aussi de les motiver, de leur offrir un sentiment de sécurité et de les valoriser pour qu’ils gardent confiance en eux et qu’ils avancent même face à quelques échecs.

Les enseignants se doivent aussi de moduler l’attention des élèves pour qu’ils puissent se concentrer pleinement durant tout le cours. Pour maintenir une attention constante durant chaque cours, la CNEEL choisit de raccourcir leur durée. Ils n’excèdent pas une heure. Pour un bon apprentissage, il ne faut en effet pas dépasser les 7 heures par jour. L’emploi du temps des enseignements à distance au CNEEL est également moins chargé pour permettre aux élèves de pratiquer une seconde activité ou une activité extrascolaire, tout aussi indispensable pour garantir leur épanouissement que les cours proprement dits.

Intégrer une classe virtuelle pour réussir sa scolarité à distance avec la CNEEL

L’enseignement à distance tend à isoler l’élève, un facteur qui n’est guère encourageant. La CNEEL propose une solution intéressante à travers la classe virtuelle. Elle promeut l’échange avec le professeur, essentiel pour permettre à l’élève de faire part d’éventuelles incompréhension et difficultés. Le sentiment d’appartenance peut également encourager l’enfant dans sa scolarité. Les élèves de chaque classe virtuelle peuvent par ailleurs échanger entre eux à travers des groupes de conversation et ainsi enrichir leur relationnel.

Les nombreux outils interactifs et la fonction qui permet l’enregistrement des cours web-présentiels pour un visionnage ultérieur optimisent l’apprentissage à distance, et ce même en cas de déplacement, mais il est tout de même important de leur créer un environnement propice à la concentration. Les enfants suivent généralement les cours à la maison, un lieu riche en distractions. Il est dans ce cas primordial de les déconnecter de ce qui peut détourner leur attention des cours CNEEL. Le recours à un micro-casque est dans ce cas une excellente alternative. Il faut également leur offrir un cadre où ils sentent bien. Pour ce faire, il convient de leur laisser la liberté d’organiser leur espace de travail comme ils le souhaitent. Le mieux est de l’aménager en dehors de sa chambre pour éviter tout sentiment de frustration. Ce n’est en effet pas plaisant de toujours rester au même endroit pour étudier et se reposer une fois les cours et les devoirs terminés.

L’apprentissage à distance à l’ère de COVID-19 : Comment aider les enfants ?

En cette période de pandémie (malgré tout ce que nous pouvons entendre aux actualités, le Covid-19 semble bien là pour rester), l’un des grands défis consiste à donner la priorité à leurs tâches scolaires.

En effet les parents qui travaillent à la maison doivent également organiser leur propre emploi du temps, en gardant un œil sur leurs enfants pour qu’ils puissent eux aussi continuer leurs cours. La promiscuité en période de confinement chez certaines familles peut représenter un réel challenge.

Les dernières technologies permettent l’organisation de certaines activités extrascolaires depuis des applis de smartphone. Une écolière peut tout à fait suivre ses cours de musique via l’appli FaceTime ou whatsapp web avec son professeur de piano.

Le secret du vivre ensemble repose sur une bonne communication avec des conversations ouvertes parents- enfants pour s’assurer que tout un chacun se sent bien. La priorité est donc de donner aux enfants la possibilité de s’exprimer sur leurs sentiments, plutôt que d’essayer de “réparer” la situation.

À la maison, les enfants peuvent acquérir des compétences de vie, comme savoir lire l’heure, mesurer les ingrédients pour les recettes, aider au jardinage, effectuer des tâches ménagères et résoudre des problèmes avec les frères et sœurs ou d’autres membres de la famille.

En cette période particulière, les familles Françaises ont donc une opportunité d’étendre leur utilisation des ressources éducatives en ligne adaptées aux enfants. Par exemple, un enfant fan de princes ou de pirates pourrait donner libre cours à son imagination en regardant avec parcimonie des séries les mettant en scène, tandis qu’un enfant féru de nature pourrait aimer apprendre la génétique de rares papillons blancs. Internet regorge d’informations et de tutoriaux, il faut juste arriver à dénicher les bonnes pépites !

Participer à la discussion