Je pense ne pas trop m’avancer en imaginant que vous possédez une adresse mail, sinon plusieurs. Et je pense aussi ne pas me tromper en suggérant que cette, ou ces adresses, doivent se trouver chez les « mastodontes » du secteur, qui récoltent la majorité des mails : Gmail, Outlook, Yahoo, voire La Poste ou Orange.

Saviez-vous que ce type de messagerie n’est pas le plus respectueux de l’intimité de vos données ? Heureusement, des alternatives existent.

Découvrez ProtonMail et Tutanota

Voici 2 messageries peut-être moins connues du grand public, mais que je vous conseille fortement d’étudier si le respect de votre vie privée et de vos données vous tient à cœur. Elles présentent plusieurs caractéristiques communes, qui les distinguent des messageries plus traditionnelles :

  • Respect de la vie privée, notamment par le non-enregistrement des adresses IP ;
  • Sécurisation des données, avec un chiffrement de bout en bout de tous vos mails ;
  • Open source : ces 2 logiciels sont totalement indépendants, utilisables et améliorables par tout un chacun, et proposent des offres gratuites ;
  • Sécurisation des serveurs : aussi bien ProtonMail que Tutanota se targuent que leurs infrastructures physiques sont particulièrement protégées et sécurisées.

Profitez d’un client de bureau adapté avec ElectronMail

Le souci qui pouvait existait avec ProtonMail et Tutanota était qu’aucune de ces messageries ne proposait de client de bureau. C’est là qu’ElectronMail entre en scène et pallie ce manque !

ElectronMail

Télécharger ElectronMail

Basé sur Electron et écrit , ElectronMail permet de gérer toutes ses adresses ProtonMail et Tutanota directement depuis son bureau, et ce sur le même outil.

Il propose de nombreux outils, comme l’accès à plusieurs comptes différents pour chaque messagerie, les notifications natives, l’accès aux mails en étant hors ligne, l’authentification à deux facteurs, le stockage local crypté des mails, et bien plus encore.

ElectronMail est en outre disponible sur Linux, Windows et Mac.



Partager cet article



Facebook Twitter Linkedin email