Vous en rêviez depuis longtemps ? Le voilà, il est enfin à vous : le fameux drone tant désiré ! Vous allez enfin pouvoir survoler de beaux paysages, capter de merveilleuses vues et faire des courses entre amis. Cependant, pour que ce loisir ne devienne pas un cauchemar, il vous faut respecter la législation en vigueur, car la démocratisation des drones a entraîné un supplément de réglementation. Découvrez ici comment voler en toute sérénité vis-à-vis de la loi.

Piloter un drone : les règles à respecter

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un drone ?

Le drone est un engin volant piloté à distance et sans passager comme disponible ici. Dans certains cas, les drones de loisir peuvent requérir une autorisation de vol. D’une manière générale, un certain nombre de règles sont à respecter pour leur pilotage, car certaines zones sont interdites au vol, tandis que d’autres imposent des restrictions.
Il faut aussi savoir qu’en cas d’incident, c’est votre responsabilité qui peut être engagée. Autre point important : si votre drone a un poids égal ou supérieur à 800 grammes, il doit être enregistré, et vous devrez suivre une formation en ligne pour pouvoir l’utiliser.

Les règles à respecter pour voler en toute impunité

Le pilotage

Un drone de catégorie A peut être piloté par tout le monde, sans autorisation préalable. Ceux de catégorie B ne sont utilisables qu’avec une autorisation de vol de la DGAC.

Le lieu du vol

Le vol de drone est autorisé dans les espaces privés s’il ne présente aucun danger, dans certains espaces publics, et dans les sites d’aéromodélisme autorisés.

La hauteur de vol autorisée

Tout d’abord, survoler des personnes est interdit (arrêté Conception, Annexe I,1.4). La hauteur maximale de vol autorisée est de 150 mètres, hors sites d’aéromodélisme. Dans certaines zones, elle peut être abaissée jusqu’à moins de 50 mètres (alentours des aérodromes, zones d’entraînement d’aviation militaires…). Si vous passez outre ces interdictions, vous risquez de 1 à 6 mois d’emprisonnement, et de 15 000 € à 75 000 € d’amende.

La visibilité

Le drone doit demeurer dans le champ de vision du télépilote, et être visible à l’œil nu.

Le respect de la vie privée

Si le drone est équipé d’une caméra et peut enregistrer, les personnes autour doivent en être informées. Les visages et plaques d’immatriculation ne doivent pas être reconnaissables sur les enregistrements sans autorisation.

Toute diffusion d’images contenant des personnes ou leurs espaces privés (jardins, etc.) est interdite sans leur accord. En cas de non-respect de la vie privée en captant, diffusant, enregistrant des paroles ou images sans consentement, vous encourez 1 an d’emprisonnement et 45 000 € d’amende.

Pour en savoir plus sur la réglementation relative aux drones, rendez-vous à cette adresse.

Respecter la législation pour plus de plaisir

Il est vrai que beaucoup de restrictions peuvent gâcher le plaisir d’utiliser un drone de loisir, mais elles sont cependant indispensables pour préserver la vie privée et la sécurité de chacun, et doivent être suivies. Les sites d’aéromodélisme permettent en plus de faire voler son drone avec beaucoup de liberté. Alors, afin que tout se déroule bien pour tout le monde, gardez bien en mémoire les règles présentées dans cet article !



Partager cet article



Facebook Twitter Linkedin email